fbpx

Implication étudiante : 3 apprentissages avec Milieux de vie en santé

Dans le cadre de MVS s’invite à l’Université et depuis le printemps 2021, six étudiant·e·s de l’Université Laval collaborent avec l’équipe de Milieux de vie en santé pour mettre en œuvre un projet de verdissement dans le centre-ville de Québec. Leur mission : concevoir des plans de verdissement qui répondent aux besoins et améliorent l’environnement des locataires de l’immeuble Mgr Paul-Eugène-Roy, une habitation à loyer modique destinée aux personnes de 55 ans et plus. Maintenant que leur implication tire à sa fin, les étudiant·e·s retiennent trois apprentissages de leur implication dans un tel projet pendant leurs études. 

1- Appuyer ses décisions sur un processus de consultation

Premier enseignement : ne surtout pas négliger la mobilisation ! La consultation des usager·ère·s du milieu à verdir peut être fastidieuse à certains moments, mais celle-ci est l’étape qui, selon l’équipe étudiante, est au cœur de toute la démarche. En effet, cette consultation permet de bien établir les priorités des personnes concernées par le projet et de cette façon permet à l’équipe de développer un plan adapté à la réalité et qui saura être à l’épreuve du temps. En participant de près au processus de consultation, les étudiant·e·s ont été confronté·e·s à la difficulté de concilier les différents intérêts des personnes mobilisées, et ceci, tout en ayant en tête les contraintes et balises imposées par le porteur de projet. Cette étape a permis aux étudiant·e·s de pousser leurs réflexions, chercher des solutions et explorer différentes avenues pour favoriser l’inclusion sociale.

Le processus de consultation a rendu possible un échange riche entre les étudiant·e·s et les personnes de la communauté. Il est rare d’avoir l’opportunité d’aller à la rencontre de personnes venant de différents horizons. Cette démarche reconnaît que la force d’un groupe se bâtit sur les différences de ses membres. En effet, les connaissances et expériences qu’ont les locataires de leur milieu de vie sont complémentaires aux expertises des étudiant·e·s. Cette combinaison permet de bâtir un projet solide et cohérent. C’est d’ailleurs un réel privilège de voir les citoyen·ne·s s’ouvrir et tisser des liens pour contribuer à un projet étudiant qui permet une grande mixité sociale.

Des projets de verdissement rassembleurs comme celui-ci sont à la base d’une communauté plus résiliente et cohésive. La consultation s’arrime aux valeurs des étudiant·e·s et est un pas vers une société plus cohérente avec des idéaux d’égalité, de respect et d’inclusion. L’apprentissage principal est donc d’impliquer les citoyen·ne·s dans toutes les réflexions et dès le début d’un projet, quel qu’il soit.

2- Ouvrir sa réflexion grâce à une équipe multidisciplinaire

Un des apprentissages principaux de l’expérience étudiante : travailler en équipe et explorer plus large que son propre domaine. Architecture, génie physique, génie des eaux, médecine, biologie et aménagement du territoire ; qu’ont en commun tous ces domaines ? Facile ! Ce sont les différents programmes desquels provenaient les étudiant·e·s impliqué·e·s dans le projet. Cette diversité dans les parcours et dans les études a permis d’amener plusieurs façons de percevoir une même situation et d’ainsi avoir différents outils pour aborder un enjeu. En faisant partie de la démarche du début à la fin, même quand leur propre domaine n’était pas interpellé spécifiquement pour une étape donnée, les étudiant·e·s ont pu voir concrètement ce que les autres acteur·trice·s sont amené·e·s à faire ainsi que les difficultés qu’ils et elles rencontrent. Ainsi, s’impliquer avec Milieux de vie en santé permet d’adopter une pédagogie inclusive et de mieux comprendre et soutenir ses pairs. 

Les projets de verdissement du programme de Milieux de vie en santé de Nature Québec ont été réalisés suite à la démonstration que l’environnement physique et social dans lequel évolue une personne a une grande influence sur quasiment la totalité des aspects de sa vie. Les environnements verts amènent de l’air sain, diminuent les îlots de chaleur, encouragent les gens à s’impliquer dans leur communauté et à adopter des habitudes de vie saines, en plus d’avoir un effet bénéfique indéniable sur la santé. Les projets répondent alors aux 7 lignes directrices.

Pour parvenir à offrir aux populations de tels environnements, l’implication de tous les domaines est nécessaire. En effet, la biologie et la médecine permettent d’établir les effets des environnements verts sur les écosystèmes et les individus. Puis, l’architecture, l’aménagement du territoire et l’ingénierie développent des actions et des méthodes pour transformer les milieux urbains en environnements sains qui promeuvent la bonne santé des populations.

3- Vivre une expérience authentique en gestion de projet

Du début à la fin de leur engagement, les étudiant·e·s étaient responsables de plusieurs aspects de la gestion de projet : production d’un échéancier, suivi avec les différents partenaires, séparation des tâches et plus encore. Les tâches ont été distribuées à l’image de l’organisation à l’interne du programme Milieux de vie en santé avec ses employé·e·s. Une expérience qui est donc plus authentique que certains projets à visée pédagogique. Et avec la « vraie vie » viennent aussi les imprévus ! En effet, les mesures sanitaires visant à ralentir la propagation de la COVID-19 ont aussi ralenti la progression de certaines étapes du projet. Par exemple, les étudiant·e·s ont dû faire preuve d’inventivité pour consulter les locataires de l’immeuble, sans mettre à risque la santé de ces dernier·ère·s. Ils ont heureusement pu compter sur la précieuse aide de la présidente du comité des locataires et d’une employée de l’OMHQ, qui ont cogné à toutes les portes pour faire remplir le sondage préparé par les étudiant·e·s. Cet exemple démontre l’intérêt de se préparer à toutes les éventualités et à réfléchir en équipe pour affronter les situations imprévues.

Le processus de cocréation, étape fondamentale qui permet de placer les idées sur un plan pour la toute première fois, a été réalisé de manière virtuelle ainsi qu’à l’extérieur, sur le terrain touché par le projet de verdissement, afin de recueillir les idées du plus grand nombre de personnes. La collaboration d’un grand nombre de personnes — étudiant·e·s, locataires, équipe du programme Milieux de vie en santé, OMHQ et comité de suivi de projet — a mené à son lot de défis, de remises en question et de retours en arrière. Mais c’est aussi l’aspect collectif de l’élaboration du projet qui a permis de produire des plans d’aménagement qui répondent à la fois aux besoins et aux envies des locataires et de la communauté locale ainsi qu’aux visées environnementales et sociales de Milieux de vie en santé

S’impliquer, c’est chercher des apprentissages par l’expérience. C’est être dans l’action aussi en dehors des cours. En participant à un projet de verdissement avec Milieux de vie en santé, les 6 étudiant·e·s ont développé leurs compétences, leurs connaissances et leurs manières de travailler ensemble. Après des mois de travail, l’équipe étudiante a remis ses propositions d’aménagement finales à l’Office municipal d’habitation de Québec (OMHQ). Les travaux devraient débuter au printemps. Pour voir des photos du projet quand celui-ci sera finalisé, suivez Milieux de vie en santé sur Facebook.

 

Crédits

Photos : Thomas Brady / MVS

Rédaction : Emma Scott et Jeanne Picher-Labrie

Révision et informations supplémentaires :

Lucie Bédet

Chargée des communications Milieux de vie en santé